Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Fucking cats, I hate mondays... - PV Tysha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Mar 11 Juil - 16:35

Un cri. C'est ce qui m'a réveillé en sursaut ce matin-là. Le pire cri de toute ma vie, celui que mon cerveau me refait vivre chaque nuit. Son cri, cristallin, tellement audible et surtout fictif. Comment une personne morte depuis 16 ans pourrait encore pouvoir hurler ? Sans doute parce que son fils imagine sa mort encore et encore. Oui, le cri de ma mère est celui qui m'a réveillé ce matin, plus perçant que les autres. Je suis en sueur, allongé sur ce qui me sert de lit, haletant comme si j'avais fait un marathon. Le silence pesant est bientôt remplacer par un autre cri, plus joyeux celui-ci. La petite fille Gigantis, qui vit dans la maison dans laquelle j'habite, est réveillée et semble de bonne humeur. Elle me rappelle Maeve quand elle était petite. Je finis par me relever, incapable de retrouver le sommeil et je me prépare à partir, prenant un petit quelque chose à manger avant de constater qu'il va falloir que je retourne faire mon approvisionnement, je n'ai presque plus de nourriture.

Notre petit QG, je suis toujours plutôt content d'y retourner, car cela veut dire que mes cauchemars sont loin. Je dois rester concentré pour éviter les problèmes et je vais prendre mon ordre de mission. Mon chef a un air un peu sombre, je n'aime pas du tout cela et il me tend une liste de noms. Il s'agit d'une des pire équipe de nouvelle recrue et il m'annonce que leur instructeur est absent aujourd'hui et que je suis le seul à pouvoir m'occuper d'eux. J'espère que c'est une blague de mauvais goût, car elle ne me fait absolument pas rire. Je soupire avant de décliner la mission et je me dirige vers ce qui me sert de casier.

« Vous n'avez pas le choix Eklund. C'est ça ou vous êtes mis à pied. »

La charogne ! J'ai de nouveau un soupir et je reprends la feuille en le fusillant du regard. J'ai envie d'un café d'un coup et un des membres de mon équipe vient me voir avec une sorte de tasse avec du café. Il me la donne avec un grand sourire et mon humeur s'améliore. Il me donne aussi un petit truc à manger en me disant que je vais avoir besoin de force et qu'ils sont tous avec moi. Ils sont déjà au courant, je suppose... Je ne vais pas pouvoir aller travailler avec eux et je vais finalement voir les andouilles que je vais devoir former.

[...]

Je savais bien que c'était une mauvaise idée ! Une des recrues a eu un problème avec sa combinaison et est coincé dans un salon Gigantis lors d'un exercice. Les habitants ne sont pas là aujourd'hui et la maison semble vide. Je vais la chercher et elle se met à crier de terreur en regardant un point que je ne vois pas. Encore un cri... J'ai l'impression que ce sera la musique de fond de cette journée, mais je n'aime pas du tout le son qui lui répond. Un miaulement, il y a un chat ici. Il faut que je me dépêche et je ne peux même pas demander de l'aide, ils ne sont pas encore assez expérimentés. Mais j'ai peut-être une idée et je leur dis :

« Je vais faire diversion pour éloigner le chat, pendant ce temps, vous irez la chercher. »

S'il n'y a pas de danger, ils savent comment faire. Je passe devant le chat, il me semble assez énorme et je fais tout pour qu'il s'intéresse à moi. Malheureusement, cela semble un peu trop bien fonctionner et je me retrouve avec un animal à mes trousses. J'ordonne rapidement que l'on aille chercher la jeune fille et je continue de jouer au chat et à la souris mais de manière littérale. Le chasseur ne semble pas vouloir me laisser tranquille et il bondit d'un coup pour me tomber dessus. La panique me prend aux tripes et je sens une de ses griffes se planter doucement dans la combinaison. Il me renifle un peu et je tente de me dégager de là avant qu'il ne décide de jouer avec moi, mais je me prends un coup de patte qui m'assomme un peu. La galère !

« Hey ! Tu te calmes ! »

Je tente de lui faire comprendre que je ne suis pas un animal, mais il s'en fout complétement et il dégage un peu pour me laisser partir. Le jeu à commencer, je dois trouver une parade, car l'issue finale sera qu'il va me tuer une fois qu'il en aura marre. Je déteste les chats. Je me retourne pour lui faire face et je retire mon casque, toujours pour lui montrer que je suis un humanoïde. J'ai mal à un de mes flancs, j'ai une blessure superficielle et j'entends la voix grave d'un gigantis signalant qu'il est rentré. Je remets rapidement mon casque et je tente de fuir pendant que l'attention de l'animal est focalisée sur autre chose, mais il m'arrête de nouveau pour me soulever avec sa gueule sans doute dans le but de m'apporter à son maître. Il va falloir que je ruse et je déclenche le bruit d'une trompette qui lui fait peur et il me lâche enfin. Cela a alerté aussi le gigantis, mais je mets mon camouflage pour finalement réussir à retourner dans un des murs de la maison encore en vie. Je soupire de soulagement et je tombe allongé sur le sol.

« Ici le commandant Jacek, tout le monde est sain et sauf ? »
« Oui commandant ! Je suis membre de l'équipe de sauvetage, la nouvelle recrue Naoko a été prise en charge. Et vous ? »
« Je suis encore en vie, blessure superficielle, je ferais mon rapport en rentrant. J'aimerais une explication cependant. Que faisait ce chat dans la maison ? »
« Ses propriétaires l'ont depuis ce matin. Il était impossible pour nous de savoir qu'il serait là. Désolé, vraiment. »
« Et vous envoyez des nouvelles recrues sans prendre le temps de savoir si leur environnement est sécurisé ? J'en parlerai au chef de la section de surveillance, repos. »


Je coupe la communication et je retire mon casque, pestant contre le manque de sérieux de cette équipe, avant de me rendre compte qu'il y a quelqu'un. Je fronce les sourcils et me relève rapidement, non sans une crispation due à la douleur pour regarder la personne devant moi.

« Qui êtes-vous ?! »

Je suis très méfiant, je sais qu'il y a des gens qui adoreraient pouvoir me voler ma combinaison. Notre société n'est pas toute rose et on ne sait jamais sur qui on peut tomber.
@Tysha McKay
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Mar 11 Juil - 21:09


Fucking cats, I hate mondays...
Jacek x Tysha


Ah... quelle heure pouvait-il être...

S'étirant tel un chat après une longue sieste, Tysha bâillait en papillonnant des yeux. Depuis combien de temps dormait-elle...? Elle ne se rappelait de rien, hormis avoir sombré comme une vieille souche, penchée sur son ouvrage de couture... Sa petite aiguille encore en main, il s'en était fallu de peu qu'elle ne se la retrouve plantée dans la joue, tiens. Quelle affaire ! Qu'est-ce que... ah, oui... empêchant le tissu de glisser mollement de ses genoux, elle se remémorait soudain du fruit de sa subite fatigue : cette fichue couverture interminable à confectionner ! Réprimant un nouveau bâillement, l'air passablement ennuyé, la demoiselle balayait la pièce du regard. D'ailleurs, où était passé Isander ? Ce fourbe ne l'avait pas attendu pour partir, manifestement. Délaissant son atelier pour s'emparer d'un peu d'eau et faire disparaître cette sensation de bouche pâteuse désagréable, la jeune femme consultait dans le même temps son téléphone. Quelle tristesse, elle n'avait aucun nouveau message, pas même un mail. Il allait vraiment falloir songer à se trouver de nouveaux amis. Oui, elle venait à peine de se réveiller, mais cette solitude la pesait déjà trop.

« ...déjà cette heure-ci... » marmonnait-elle toute seule en se frottant un œil.  

Ouaip. C'était l'heure.., l'heure de s'évader, de profiter d'un peu de liberté et de gonfler ses veines d'adrénaline. Jetant un dernier coup d’œil peu engageant à son ouvrage et à la pile d'habits qui n'attendait que d'être reprisés, la midget se redressait avec détermination. Pfff, non, elle n'avait décidément plus la tête à coudre ! Par contre, elle avait besoin de refaire son stock de fil, sans quoi elle ne pourrait jamais finir tout ça. À la vitesse où ça partait, il n'y en avait réellement jamais assez.

Quelques minutes plus tard, faisant craquer ses dix doigts, la jeune fille était prête. Elle avait sanglé son sac d'exploratrice autour de ses épaules, et passé une ceinture garnie d'accessoires insolites autour de sa tunique couleur crème -dont le décolleté était un peu trop échancré, fallait l'avouer. C'était pratique d'avoir toujours ce matériel à porté de main, pour être paré à tout. Non pas qu'elle ait peur, mais tout le monde savait qu'être prit de court s'avérait souvent mortel. Ainsi, en cas d'alerte ou de danger, ne se retrouvait-elle jamais totalement prise au dépourvus ! À l'intérieur, il y avait une large portion de fruit sec, de l'eau, un nécessaire de premiers secours et diverses autres choses, qu'Isander prenait soin de glisser sans qu'elle ne le sache.

Et la voilà partie.

Une bonne demie-heure plus tard, Tysha dévalait toujours tranquillement les fondations de son immeuble, lorsqu'un bruit la faisait s'interrompre. Elle n'avait pas rêvé, n'est-ce pas ? Perchée sur une poutre au-dessus du vide, elle ne bougeait plus d'un poil, aux aguets. D'où pouvait bien provenir ce son de trompette... de l'autre côté du mur ? La jeune femme n'eut guère le temps de se poser davantage la question, qu'une mince silhouette apparaissait soudain en contre-bas de sa position, sous ses yeux ébahis. La fissure cachée derrière la plinthe n'était donc plus un mystère pour d'autres midgets... c'est bizarre, elle l'avait jamais vu jusqu'ici, celui-là.

Méfiante, lorsqu'elle surprenait sa discussion, son expression se liquéfiait...  

*Eh merde, fallait que je tombe sur un commandant !* jurait-elle intérieurement.

Mais à peine esquissait-elle un mouvement pour s'éclipser discrètement, que l'homme élevait sa voix, sur elle, cette fois-ci. Punaise, c'était bien sa veine. Pourquoi fallait-il qu'elle tombe sur lui précisément maintenant ?! Et surtout ici ? Adieu la douce perspective d'exploration, et les fils de ce merveilleux rideau qu'elle savait exister dans cet appartement.. ! Se mordant la lèvre en grimaçant, elle se retournait pour affronter le regard inquisiteur du midget.

« Je pourrais te poser la même question, mon mignon ! » Railla-t-elle sans se laisser démonter.

Surprenant alors la crispation de douleur de l'inconnu, aussitôt, son petit minois perdait toute trace d'ironie pour se teinter d'inquiétude.

« Oh, mais tu es blessé ! » S'écria-t-elle, sans même prendre la peine de répondre à son questionnement, oubliant ses réserves.

La mine déconfite et les sourcils froncés, Tysha ne réfléchit pas vraiment. Tant pis s'il comprenait la raison de sa présence ici, et tant pis si ça lui valait des ennuis ! De toute façon, elle pouvait pas repartir et faire comme si de rien n'était, plus maintenant. Sautant agilement à quelques pas de lui en se réceptionnant souplement, la jeune fille fit un pas dans sa direction, le considérant avec attention. Il était particulièrement grand, et pas mal du tout dans le genre trentenaire. Les petites lèvres roses de la demoiselle se retroussaient dans une moue préoccupée, qu'elle s'avançait encore vers lui.

« Je suis Tysha, et toi ? » L'informa-t-elle en abaissant ses yeux céladon vers la combinaison arrachée, qui commençait à s'imbiber de sang.

Et sur ces paroles, elle se mit à inspecter doucement sa blessure, loin, très loin de s'imaginer que cela pourrait le mettre mal à l'aise.

« Ça n'a pas l'air trop grave, mais vaut mieux pas laisser ça comme ça... Viens, approche, assieds-toi là que je m'occupe de toi ! » Reprit-elle de sa voix douce mais nettement autoritaire.

Ce faisant, elle lui indiquait un coin au sol en s'accroupissant elle-même, et lui offrait un sourire engageant.

egotrip






Parle en #aa2626
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Mer 12 Juil - 4:08

Une jeune femme de toute évidence, cela s’entendait à sa voix. Je n’avais pas très bien vu à cause de l’obscurité, mais il fallait que je reste méfiant. Je la suivis des yeux, ne voulant pas qu’elle en profite pour s’en prendre à moi dans mon moment de faiblesse. J’aurais pu et j’aurais sans doute dû appeler du renfort, mais je ne connais pas encore les intentions de la demoiselle qui pourrait très bien n’être qu’une passante. Pourtant, ma méfiance naturelle me disait de faire attention.

« Qui êtes-vous ? »

Mon ton était un peu sec, mais pas assez qu’il le faudrait. J’ai tendance à essayer de ne pas être trop agressif, ça évite souvent de s’en prendre une. Cependant, elle semble se décontenancer quand elle se rend compte que je suis blessé. Tiens ? Est-ce de l’inquiétude que j’ai entendu dans sa voix ? Je fronce les sourcils et tente de reculer, mais elle est rapidement près de moi à observer la blessure. Je n’ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Je peux maintenant mieux la voir et je remarque qu’elle semble habiller un peu bizarrement pour une simple passante. Je jurerai qu’elle a une tenue parfaite pour sortir hors du mur. Je ne la connais pas, elle ne fait pas partie de l’armée et je doute qu’elle ait une autorisation. Je suis tombée sur une marginale. Cela aurait pu me faire sourire, mais je dois rester prudent avec elle, ne sait-on jamais. Je n’ai pourtant pas l’impression qu’il y a une autre personne, pas d’embuscade donc. Je ne suis pas spécialement mal à l’aise, j’ai l’habitude que l’on inspecte mes blessures, mais en l’occurrence, je ne la connais pas. Je réalise enfin qu’elle m’a donné son prénom et je réponds :

« Jacek Eklund, commandant et instructeur de la faction de Shinjuku. »

Je me dois de donner ma fonction aussi, pour que les autres sachent qu’il vaut mieux ne pas jouer avec moi. Elle tente de se faire rassurante, mais je n’ai pas du tout confiance malgré le fait qu’elle n’ait pas du tout été menaçante depuis le début. Peut-être que finalement elle n’a pas de mauvaise intention. Je pourrais m’en aller, mais j’ai du chemin à faire et si elle n’est pas méchante, je pourrais tomber sur quelqu’un de bien plus moins gentil. Je n’ai pas trop le choix, je pense. Je vais là où elle m’indique et j’ouvre la combinaison. Rassurez-vous, je porte un habit près du corps dessous, je ne suis pas totalement nu. Je lui laisse un peu plus le champ libre et je la regarde en haussant un sourcil.

« Petite sortie hors des murs ? Vous savez que c’est interdit, n’est-ce pas ? Je suppose que vous n’avez pas d’autorisation. »

Je ne vais pas l’empêcher de le faire, ça m’est déjà arrivé de faire cela quand j’étais plus jeune et sans permission. Cela aurait été totalement hypocrite de ma part. Cependant, je dois la mettre en garde sur ce qui se cache dans l’appartement depuis ce matin, histoire qu’elle ne se fasse pas tuer. Je tourne la tête vers le mur qui nous sépare de l’animal et je me dis que j’ai eu de la chance quand même. Et aussi qu’il faudra que j’aille voir ces putains de surveillants qui n’ont pas fait leur boulot. Quelle idée de faire venir s’entrainer de nouvelles recrues ici ? Ils n’ont pas de cerveau ou comment ça se passe ? Mon téléphone se met à vibrer et je le prends pour voir que j’ai eu une réponse vis-à-vis de ce qu’il s’est passé ce matin. Ce que je lis m’énerve au plus haut point et mon air se fait un peu plus colérique. Je sens qu’il y en a un ou deux qui vont passer un sale quart d’heure. Je reporte mon attention sur la jeune femme et tente de me calmer.

« Je vous déconseille de sortir aujourd’hui, les Gigantis ont un chat depuis ce matin et il est plutôt... féroce. »

Je lui indique ma blessure de la tête pour qu’elle comprenne que c’est lui qui me l’a faite, mais je dois avouer que je suis curieux. D’où vient-elle ? J’ai entendu parler de communauté auto suffisante, je me demande si elle vit dans l’une d’elles. Mais je vais attendre un peu avant de lui poser des questions. Ça ne sera que de la curiosité. Je dois d’abord me calmer et faire taire ma méfiance. Je dois passer pour un malotru, mais c’est quand même mieux que de se jeter dans la gueule du loup. Et j’ai appris que les gens peuvent être une menace même s’ils sont plus petits que moi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Mer 12 Juil - 19:03


Fucking cats, I hate mondays...
Jacek x Tysha


« Petite sortie hors des murs ? Vous savez que c’est interdit, n’est-ce pas ? Je suppose que vous n’avez pas d’autorisation. »

Un sourire désarmant étira ses lèvres lorsqu'elle relevait ses yeux perçant vers Jacek, un tantinet amusée. Elle hésita un instant avant de lui répondre. Mais à quoi bon réfuter l'évidence ? Il n'était certainement né de la dernière pluie celui-là. Pouvait-elle lui faire gober qu'elle passait juste par là, comme par hasard tout près d'une ouverture, avec tout son matos... ? Nan, elle en doutait. Puis lui mentir n'arrangerait pas son cas pour autant...  

« On peut rien te cacher à toi, hein.. ? » Fit-elle tranquillement, continuant de le tutoyer avec une certaine familiarité.

Tandis qu'il s'installait à ses côtés, ouvrant sa combinaison, Tysha allumait la diode qui pendait à sa ceinture pour leur donner une meilleure visibilité dans cette pénombre. Elle avait bien remarqué son brusque changement d'humeur après avoir reçu un message sur son téléphone, mais elle ne faisait aucun commentaire, gardant l'info dans un coin de son esprit. Son visage retrouvait alors un air grave comme elle préférait se concentrer sur la blessure sanguinolente. Même son t-shirt présentait une nette tâche sombre, qui s'étendait petit à petit...

La midget sentait le regarde du dénommé Jacek posé sur elle, quand il lui offrait ces quelques avertissements :

« Je vous déconseille de sortir aujourd’hui, les Gigantis ont un chat depuis ce matin et il est plutôt... féroce. »

« Un chat ? » Répéta-t-elle distraitement. « Cool ! On peut faire de bon rembourrage avec la fourrure qu'ils éparpillent partout ! »

Accueillant la nouvelle avec un haussement de sourcils guère impressionné, de toute évidence le côté utile de ce fait était la seule chose qui semblait l'intéresser dans cette affaire. Bon, et cette plaie... comment diable allait-elle s'y prendre ? Elle était assez superficielle, mais quand même, il fallait faire quelque chose pour arrêter l'écoulement. Une griffe de chat, c'était sacrément long et acéré ! Détachant son sac-à-dos pour le poser entre eux, elle se mit à farfouiller dedans à la recherche de son matériel de soin. Elle en extirpait finalement une longue bande de tissu, du coton, de l'eau et une solution désinfectante -une chance qu'elle soit prévoyante, ou plutôt, qu'Isander pense à tout...  

« Il va falloir que je nettoie ça. Tu permets ? Ça risque de piquer un peu... »

Et sans attendre son assentiment, se mordillant les lèvres avec détermination, Tysha ouvrait davantage sa combinaison avant de soulever son t-shirt avec précaution.  

« Pfff... ma parole, tu as eu de la chance... » Elle grimaça. « Un peu plus et il t'éventrait ! »

Pour quelle raison était-elle si préoccupé par l'état de ce mec, Tysha l'ignorait. Sans doute une nouvelle preuve de sa bonté d'âme légendaire ! Tu parles... oh, elle aurait pu ricaner, si elle n'avait réellement été pétrie d’inquiétude. Néanmoins, relevant une fraction de seconde ses paupières pour capter le regard de l'homme, elle soupirait. Doucement, elle imbiba son coton avec de l'eau et entreprit d'essuyer tout le sang qui s'accrochait à sa peau avec application. Oui, se pencher comme ça sur l'abdomen d'un inconnu était totalement saugrenu, voir même un peu troublant, mais c'était pas le moment de se laisser allez. Surtout, ne pas faire attention à ses abdos, ni son ventre qui se soulevait tranquillement au rythme de sa respiration...

Une fois la blessure suffisamment propre, la jeune fille prit le menton de Jacek entre ses mains pour faire la même chose avec l’éraflure de son crâne. Puis, elle versait un peu de désinfectant sur un nouveau coton et l'apposait sur la plaie principale. À cet instant, Tysha souffra presque pour lui, n'imaginant que trop bien combien la morsure du liquide devait lui brûler la peau. Hélas, c'était un mal nécessaire. La prochaine étape était le bandage. Pour ce faire, la jeune fille déroula la longue bande du tissu, et dû plonger ses bras dans sa combinaison plusieurs fois, entourant son ventre de ses bras et du tissu, effleurant sa peau. Bien sûr, elle ne faisait montre d'aucune émotion particulière, il aurait plus manqué que ça tiens. Consciencieuse, elle fit plusieurs tours, s'assurant que le tout tiendrait bien en place avant de s'éloigner. Doucement, elle rabattait alors le t-shirt pour voiler sa chair et le mettre au chaud.  

Au bout d'un moment, se raclant la gorge tout en rangeant son matériel, l'apprenti infirmière reprenait d'une voix plus douce :

« Que s'est-il passé ? Je pensais que les soldats de la Ville Souterraine était bien plus rôdé que ça. Vous ne saviez pas pour le chat ? Tu es tout seul... ? »  

Le flot de question s'interrompait qu'elle tendait aussitôt l'oreille, curieuse. Écoutant ses réponse avec une attention toute particulière, la jolie midget laissa le silence tomber ensuite entre eux. Toujours accroupie à côté de lui, les mains sur les genoux, il lui paraissait moins imposant comme ça. Mais tout de même... maintenant qu'elle avait prit soin de lui, elle allait découvrir s'il faisait parti de ces soldats un peu trop zélé... ou pas.

« Tu ne vas pas m'arrêter, n'est-ce pas... ? » S'enquit-elle, avec une once de bravade dans la voix.

Oui, elle le mettait au défis de tenter quoique ce soit, très clairement, le fusillant quelques secondes d'un regard incertain.

egotrip






Parle en #aa2626
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Sam 15 Juil - 16:05

Elle ne semble pas impressionnée, elle me rappelle mon ex-femme quand nous étions plus jeunes. Maintenant, Freyja est bien plus raisonnable et celle que j’ai connue me manque mine de de rien. Il faudrait peut-être qu’elle se déride un peu, mais je n’oserais jamais le lui dire. Mais je ne peux être que d’accord avec ce que Tysha dit, les poils de chat sont assez utiles mine de rien et j’ai tendance à chercher les maisons où il y en a pour rapporter la fourrure qu’ils éparpillent derrière eux. Mais aujourd’hui, c’est différent, tout cela n’aurait jamais dû arriver. Elle m’indique que cela va piquer et je la laisse regarder un peu mieux la blessure, ouvrant ma combinaison. Il a failli m’éventrer ? Ils vont tellement m’entendre gueuler la prochaine fois que j’irais les voir. J’ai un petit soupire et je dis :

« Merci de m’aider, après ce qu’il vient de se passer, je n’avais pas très envie de leur demander de venir me chercher. »

Je suis un peu blasé et je crispe un peu ma mâchoire quand le produit touche ma plaie. Ce n’est pas la pire douleur que j’ai eu à supporter, mais c’est relativement douloureux. J’ai été un peu surpris qu’elle l’applique directement et je remarque à peine qu’elle est penchée sur moi ainsi. Je baisse finalement les yeux pour voir ce qu’elle fait, mais ses doigts se retrouvent sous mon menton et elle m’applique son produit sur le crâne. J’ouvre la bouche pour parler, mais elle continue son espèce de torture et je ne peux pas m’empêcher de lâcher un petit gémissement de douleur cette fois-ci.

« Doucement ! » dis-je en m’offusquant un peu qu’elle ne me prévienne pas avant de mettre le désinfectant.

Mais tout cela se termine assez rapidement et je me retrouve avec un bandage et elle me remet mon t-shirt. Bon, je peux enfin remettre ma combinaison et elle me maintient en place la blessure, j’ai un peu moins mal. Je suppose qu’il faut que je la remercie maintenant, ma méfiance est un peu retombée et je suis un peu plus détendu. Mais je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle me parle des soldats de la ville souterraine. Je ne peux pas m’empêcher de rire. Eux rodés ? La plupart ne sont jamais allés sur le terrain

« Ne m’insultez pas s’il vous plait. Je ne viens pas de la ville souterraine et il y a beaucoup d’incompétents. Disons juste que c’était un concours de circonstances. J’ai dû remplacer un instructeur qui n’a pas expliqué qu’il fallait prendre soin de nos combinaisons, le tout sans en avertir ses collègues et les fameux gars de la ville n’ont pas pris le temps de faire une analyse complète de la maison avant de nous donner le feu vert pour faire l’exercice du jour. C’était moi ou la gamine de 17 ans qui s’est retrouvée coincée face au chat. J’ai servi d’appât dans une maison que je ne connaissais pas. Ils vont m’entendre quand je vais aller leur rendre visite. »

Je soupire, une jeune fille a failli y passer aujourd’hui. Je suis de ce genre-là, je préfère être blessé plutôt que de laisser une autre personne dans une situation dangereuse. D’ailleurs, je me demande quand Freyja va m’appeler pour m’incendier... Habituellement, elle est plus rapide que cela, mais je pense qu’elle est en train de s’occuper du merdier de cette histoire. Si on ne peut pas faire confiance aux gens de la ville pour la surveillance, ça ne va pas le faire du tout. Mon petit sourire retombe finalement quand elle me pose la question fatidique. Est-ce que j’allais l’arrêter ? Selon le protocole, il faudrait que je le fasse. Je l’observe pendant quelques secondes, elle doit avoir un peu plus de 20 ans. Oui, elle a l’âge d’aller en prison.

« Selon le protocole, il faudrait que je le fasse. Mais inutile de me regarder comme cela, ça serait complètement hypocrite alors que je me baladais hors des murs sans autorisation à votre âge. Et vous risquez de ne vraiment pas aimer la prison, les gardiens ne rigolent pas du tout. De vraies pierres tombales. Considérez ça comme ma manière de vous remercier de m’avoir soigné. »

Je n’avais pas du tout envie de suivre le protocole de toute façon, surtout pas après ce qu’il vient de se passer. Et comme c’est la première fois que je vois la jeune fille, je suppose qu’elle ne s’est jamais fait attraper. Mais je suis curieux mine de rien et je tente de me relever. J’ai un peu mal, mais j’arrive à me remettre debout. J’en profite pour m’étirer et je resserre un peu la zone de maintien pour que ma blessure ne bouge plus du tout. Ah, parfait. La douleur est supportable maintenant. Je lui tends ma main pour qu’elle se relève, mon sourire toujours présent.

« Merci beaucoup de m’avoir aidé, mais j’aimerais savoir. Juste pour ma curiosité personnelle, vous vivez dans une communauté auto suffisante ? »

Ces communautés m’intéressent, je suis assez admiratif en pensant qu’ils se débrouillent sans l’armée et cela ne fait que confirmer ce que je pense, l’armée n’est absolument pas nécessaire pour vivre, on est capable de le faire sans leur loi. Mais mon rang de commandant m’empêche de dire ce genre de chose.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Ven 21 Juil - 22:17


Fucking cats, I hate mondays...
Jacek x Tysha


La mine suspicieuse et les yeux plissés, Tysha observait Jacek en attendant d'avoir une réponse clair et net de sa part. Celle-ci ne tardait guère, tombant avec emphase. Et contre toute attente, la sentence était plus positive que prévu... soit, tant mieux ! Elle se détendit imperceptiblement, sans chercher à savoir quel âge il lui donnait au juste, avec ses "à ton âge..." solennel. Il avait pourtant pas l'air si vieux que ça le bougre !

*Hypocrite de m'arrêter, hein ?* songeait-elle parallèlement, tout en essayant d'imaginer l'homme s'évader comme elle, hors des murs protecteurs sans la permission de ses pairs.

La demoiselle retint son sourire, l'empêchant de venir étirer ses lèvres tandis qu'elle haussait un sourcil railleur. Pour connaître quelques midget qui avaient effectivement déjà écopé de quelques peines d'emprisonnement, elle savait combien les gardiens de prison étaient perçus comme des personnes aussi aimables que leur pieds.  

« En effet... j'aime pas les gros lourds. Surtout ceux incapable de desserrer les dents pour rire un bon coup... » renvoyait-elle, prudente.

Elle ne le quittait pas des yeux même alors qu'il se relevait, comme ayant du mal à croire ce qu'il venait de lui lancer. Finalement, elle avait eu de la chance de tomber sur un mec pareil. Tysha avait bien fait de suivre son instinct et de lui venir en aide. Si ça n'avait pas été le cas, est-ce qu'il l'aurait poursuivit pour l'emprisonner ?! Nan... il était trop mal en point. Néanmoins, il aurait été regrettable de le voir se vider de son sang... n'est-ce pas ?  

« Eh bien, merci de ne pas suivre ton protocole, et de m'éviter de mourir d'ennuis dans l'une de ces cages obscure...! » lâchait-elle non sans ironie, avec un petit rictus.

Et sans plus renchérir, Tysha acceptait la main qu'il lui tendait pour se remettre debout. Une fois sur ses deux pieds, elle relevait son minois vers l'homme, se tenant bien droite pour essayer de paraître plus grande qu'elle n'était en réalité.

Mais voilà qu'il enchaînait sur une question assez délicate. Et qui concernait cette fois la communauté dont elle faisait partie. Était-ce un piège ? Faisait-il le gentil garçon pour parvenir à ses fins et déterminer si les siens méritaient d'être remit dans le droit chemin ?! Un instant, la demoiselle se mordilla les lèvres, se retenant de l'envoyer bouler comme il se doit. Et puis... un sourire suave venait révéler ses dents d'une blanches immaculée.

« Pourquoi cette question... ? » Fit-elle en papillonnant des yeux. « Aimerais-tu, par hasard, quitter les tiens pour être un peu plus pénard ? Ça pourrait s'arranger tu sais ? »

Une lueur taquine luisait dans ses iris clairs, dénués de toute ombre. L'idée lui plaisait bien, manifestement.   

« Honnêtement, ça nous dérangerait pas d'avoir des éléments dans ton genre. » Rajoutait-elle, répondant ainsi par omission à son questionnement. « Les hommes solides et efficaces sont toujours un atout non négligeable. »

Et puis, faisant mine de s'éloigner de quelques pas pour inspecter l'appartement du Gigantis, Tysha biaisait son regard vers l'homme en liant ses mains dans son dos.

« Tu sais, tu devrais sourire plus souvent. » Envoyait-elle en penchant la tête sur le côté. « T'as l'air beaucoup plus gentil quand tu souris. »

Et de sourire elle-même un peu plus, comme pour lui montrer l'exemple.

« Bon... aucune trace de ce gros matou ? C'était quoi comme race ? » s'enquérait-elle quelques minutes plus tard, tandis qu'elle avait reporté son attention vers l'appartement. Elle avait éteint sa diode, et laissait la lumière de la pièce éclairer son visage avec délectation, comme si ça lui avait manqué.

egotrip






Parle en #aa2626
Contenu sponsorisé

encours
(#)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum