Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

I'm not strange ft Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Dim 30 Juil - 17:54

I'm not strangeYuki &PennyLe silence. Aucun bruit ne s'échappait de la classe si ce n'est la voix de l'enseignant. Quelques chuchotements s'échappaient de temps à autre. Des murmures qui ne duraient pas, l'autorité du professeur faisait taire les plus chahuteurs. Yuki était assit dans les premiers rangs, écoutant attentivement. Suivant le cours en prenant des notes au moindre mot qui lui semblait important. Comme toujours, le jeune nippon était seul à sa table. Toujours perçu comme bizarre par les autres, subissant les moqueries de ses camarades. On dit que l'ont mûrit avec l'âge, qu'on se montre plus ouvert, ce n'est pas le cas. Il faut dire que Yuki est assez unique en son genre. Qui croit encore aux fées et aux petits lutins à vingt et un ans ? Yuki, lui, y croit. Ce qui lui vaut pas mal de moqueries de la part des autres. Moqueries qui le laisse parfaitement indifférent. Il se fiche pas mal du regard des autres, il a des personnes sur lesquelles il peut compter, surtout son meilleur ami, qui n'hésite pas à aller jusqu'à se battre pour le défendre. La cloche retentit dans la pièce, signifiant la fin du cours. Tous se levèrent en même temps, ou presque. Tous sauf Yuki qui prit le temps de ranger ses affaires avant de se diriger vers l'enseignant pour discuter avec lui, comme à presque chaque jour.

Une demie heure plus tard, Yuki sortit de la salle. Taisuke était déjà partit, il avait rendez-vous avec des amis. Il ne semblait guère très heureux d'y aller mais Yuki l'y avait poussé. Yuki prit donc seul la direction de leur appartement. En quittant l'université, Yuki croisa d'autres étudiants qui le regardèrent en pouffant. Il les ignora, continuant d'avancer tranquillement jusqu'à son appartement. Yuki se fichait du regard des autres, il était comme il était, à prendre ou à laisser. Le plus important pour lui, c'était de se sentir bien dans sa peau, ce que les autres pensaient de lui, il s'en fichait. Il avait des personnes sur lesquelles il pouvait compter, et surtout, il avait Taisuke. Il n'avait pas besoin de plus. Yuki avança tranquillement avant de croiser des étudiants de sa classe. Il les ignora et continua d'avancer. Ils le suivirent, pouffant de rire avant de se poster devant lui. Les moqueries s'enchaînaient, tandis que Yuki les ignorait, ce qui ne leur plut guère. Il essaya d'avancer, en vain.

-Laissez moi passer, déclara-t-il d'un ton neutre.

Voir Yuki en colère était quelque chose qui n'était jamais arrivé, il était ce genre de personne à donné l'impression de toujours être calme, de ne jamais s'énerver. Pourtant, il était bien possible pour lui de s'énerver. Mais pas pour des choses futiles. Par contre, si on s'en prenait à ses amis, là il était fort possible de le voir s'énerver. Chose qui ne valait mieux pas. Il faut se méfier de l'eau qui dort, comme on dit. Les étudiants continuèrent, tandis que Yuki gardait son calme, lorsqu'ils commencèrent à aller plus loin, Yuki commença à perdre patience. Sans pour autant se mettre en colère. C'est alors qu'une voix féminine se fit entendre. Yuki chercha du regard d'où venait cette voix et remarqua une jeune fille qui semblait plus jeune. Elle s'adressait à ses bourreaux.
© 2981 12289 0
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Lun 31 Juil - 19:25



he's not strange, get away

Fin d'après-midi. Les cours sont terminés depuis quelques heures, déjà, mais les journées de Penny s'arrêtent rarement en même temps que les leçons. Entre les associations auxquelles elle s'intéresse, les réunions avec les professeurs, et ses cours de piano, elle doit maintenant trouver une place dans sa semaine pour les réunions entre délégués du lycée. La première a lieu aujourd'hui, à Roppongi, quartier choisi à l'unanimité par les jeunes. Le lieu, Penny s'en moque, pourvu que la réunion soit constructive et qu'elle apporte de nouvelles choses à défendre.
La jeune brune en a connu quelques-uns, des délégués, depuis qu'elle s'investit dans sa scolarité. Mais rares sont ceux qui ont la même fougue qu'elle, lorsqu'il s'agit de rester deux heures de plus au lycée pour diverses réunions. Aujourd'hui, la réunion commence timidement, et Penny finit par secouer ses camarades en engageant des conversations. Plusieurs sujets sont abordés : rénovation de la pièce de vie du lycée, problèmes de certains élèves à la cantine, ou encore le cas de quelques lycéens difficiles. Le débat n'avance pas assez à son goût. Souvent, les conversations divaguent.

- Non, mais ce contrôle de maths, c'était n'importe quoi ! Trop difficile...
- Il faut faire vite, là, je dois rentrer chez moi à 19 heures.
- Désolé, mais on peut faire une pause clope ?

Après un peu plus d'une heure de réunion, Penny sort du bar un peu frustrée. Elle est un peu difficile, exigeante, et elle ne comprend pas pourquoi ces élèves ont choisi d'être délégués alors qu'ils ne s'investissent pas à fond dans leur rôle. Pour cette première séance, elle était chargée de prendre des notes sur les remarques de chacun. Et là, il semble qu'elle avait prévu beaucoup trop de feuilles, dans sa pochette... Elle en a utilisé moins de la moitié.

D'un pas décidé, elle traverse quelques rues, pas de très bonne humeur. Plusieurs questions lui traversent l'esprit, des questions qui lui semblent importantes, voire primordiales. Qu'en sera-t-il de cette jeune élève de première année qui n'arrive pas à s'intégrer, et dont personne n'a voulu parler ? Et la refonte de l'emploi du temps de cette classe de deuxième année ? Penny sent bien qu'elle va devoir de charger seule de ces dossiers-là. Et finalement, tout bien réfléchi, ce n'est peut-être pas plus mal.

A cette heure-ci, le quartier n'est pas très calme, au contraire. C'est même plutôt agité, les plus fêtards se préparent tout doucement à prendre leur premier apéritif de la soirée. Penny en regarde certains avec envie, mais ce soir, elle n'est pas à la fête, elle a encore beaucoup de choses à faire en rentrant.

Sur sa gauche, elle entend des rires, qui semblent anodins. D'instinct, la jeune fille tourne la tête en direction de ces rires, ce qui lui permet de s'apercevoir que ces rires ne sont pas tout à fait innocents. Au milieu d'un petit groupe, un jeune homme ne participe pas à la rigolade, il semble même en être le sujet. En roulant des yeux, Penny se dirige discrètement vers ces jeunes gens, d'un air méfiant. Effectivement, ils sont bien en train de se moquer du jeune homme. Elle en ignore la raison, mais ne supportant pas les abus, elle estime injuste qu'il se retrouve seul face à une petite bande de caïds très certainement stupides.

- Allez, arrêtez de glousser comme ça, laissez-le tranquille, ordonne-t-elle sèchement, déjà suffisamment agacée par la réunion des délégués.

Et les autres se mettent à rire de plus belle, s'approchant désormais d'elle, sans pour autant l'effrayer vraiment.

- Oh, mais tu es venu défendre ton petit chéri ? On n'a rien fait de mal, alors toi, rentre chez toi, petite.

Petite. Bon, c'est vrai que Penny n'est pas du genre très grande, et elle ne paie pas de mine, vêtue de son uniforme scolaire. Et ceux-là ne sont pas au lycée, alors il s'agit certainement d'étudiants. Mais elle ne compte pas sur sa taille pour se faire entendre. Et, elle l'avoue, elle joue parfois de sa réputation pour atteindre ses objectifs... Quant à leur remarque évoquant la sauveteuse et son chéri, elle n'y fait même pas attention.

- J'ai beau être petite, vous savez certainement qui je suis. Et moi, je sais qui vous êtes. Alors, maintenant, laissez-nous tranquille.

Il est vrai que si Penny est connue comme le loup blanc au lycée, en raison de son rôle de déléguée parfaitement bien joué, son nom résonne aussi quelques fois à l'université, puisque les deux établissements sont étroitement liés, à l'occasion de certains événements ; et Penny échange avec les étudiants référents de l'université, afin de mettre en relation des lycéens avec des étudiants. Bref, elle n'a pas encore terminé ses études qu'elle a éjà sillonné une partie de la fac.

Il ne faut que quelques secondes pour que les jeunes comprennent le message. Très vite, ils rejoignent le trottoir d'en face et laissent Penny et le jeune homme seuls. Il a l'air plutôt timide, mais sinon, il n'a d'apparence rien de si particulier. Alors Penny se demande la raison pour laquelle il se faisait embêter par d'autres jeunes de son âge.

- Il ne faut pas te laisser faire, dit-elle simplement, avec un petit sourire. Je m'appelle Penny. Penny Sugimoto. Et toi ?
claude gueuse
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

encours
(#) le Dim 27 Aoû - 15:44

I'm not strangeYuki &PennyYuki ne semble pas spécialement surpris par l'aide de la jeune fille. Il n'a pas l'air de savoir qui elle, ni d'avoir entendu parler d'elle, au contraire de ses camarades de classe. Après avoir répondu à a jeune fille, ils déguerpissent à ses dernières paroles, sans que Yuki ne comprenne la raison. Les étudiants semblaient la craindre, ce qu'il ne comprenait guère, ils étaient plus grand qu'elle et plus fort, c'était évident. Pourtant, aux dernières paroles de la brune, ils partent sans demander leur reste.
Une fois ses bourreaux partis, sa sauveuse se tourne vers lui, en lui expliquant qu'il ne doit pas se laisser faire. Puis elle se présente à lui. Yuki hausse les épaules avant de répondre.

-J'ai l'habitude, on m'a toujours appris que la meilleure façon de répondre aux imbécile, c'est de les ignorer, répondit-il d'un ton indifférent.

Depuis le temps, Yuki s'y est habitué, il se fiche pas mal des moqueries des autres. Il préfère les ignorer. Seulement, si ses bourreaux en viennent aux mains, là il n'est pas du genre à se laisser faire. Il sait se défendre, malgré son apparence légèrement frêle. Il a de la force et sait s'en servir quand c'est indispensable.

-Moi c'est Nakamura Yuki, déclara-t-il ensuite en se présentant à son tour.

Il observa la jeune fille de son habituel regard à la fois sérieux et rêveur.

-Toi, tu n'es pas une étudiante, tu fais trop jeune pour être étudiante, lâcha-t-il

Il était évident qu'elle était trop jeune pour être étudiante, à moins que ce soit une surdouée. En l'observant, Yuki se disait que ce devait être une lycéenne, du genre bosseuse. Parfois, il pouvait se montrer très observateur, et il se trompait rarement.

-Merci de m'avoir aidé, finit-il par dire

Yuki pouvait parfois sembler froid voir distant, pourtant ce n'était pas le cas, il vivait tout simplement dans son propre monde, d'où toutes ces moqueries qu'il subissait. Malgré cela, malgré son caractère excentrique et ses croyances qui pouvaient paraître absurdes, Yuki restait quelqu'un de sage et réfléchi, et surtout, on lui avait apprit le respect.

-Il est déjà tard, je ne voudrais pas te retenir, ajouta-t-il ensuite en constatant l'heure qu'il était.

De plus, il comptait lui même rentrer chez lui, Taisuke était sans doute déjà rentré.
© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé

encours
(#)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum